L'expérience multiculturelle en Suède

45 ans après la fameuse décision du Parlement suédois (1974) selon laquelle la Suède serait désormais une société multiculturelle sans aucune exigence d'assimilation des immigrés, il est facile de dire qu'il existe deux cultures (groupes religieux) dans le monde que lorsqu'ils s'installent dans une autre sphère culturelle, ils ont besoin d'un traitement spécial et de privilèges qu'aucun autre groupe ne penserait à exiger. Bien sûr, je parle des Juifs et des Musulmans.

Extrait du département de YLE (Finnish State Broadcasting Company) diffusant en suédois. Le long métrage s'intitule « How Sweden became multicultural
» : « Le père du multiculturalisme suédois, David Schwarz, a constaté que l'assimilation n'était pas possible pour les Juifs en Suède. On ne pouvait pas laisser Hitler gagner, l'assimilation serait donner la victoire aux nazis à titre posthume », dit Wickstram, qui dans ses recherches a étudié les pensées et les faits de Schwarz.

Le rabbin suédois Dan Korn semble toujours tout à fait d'accord avec Schwarz en 2019 malgré le fait que l'expérience multiculturelle doit être considérée comme ayant déraillé déjà dans les années quatre-vingt! L'initiative de Schwarz et la vanité des politiciens ont plutôt fait des ravages dans la société suédoise. La notion de Dan Korn est étrange, d'autant plus que Schwartz s'est rendu compte plus tard qu'il était grossièrement complice de la création d'une bête terrible qui causerait inévitablement de grandes difficultés pour la Suède à survivre en tant que nation de bien-être ou même d'éviter de devenir un soi-disant " l'échec de l'État », où le gouvernement a complètement perdu le contrôle de la situation. Cependant, M. Schwarz lui-même a échappé aux pires conséquences. Il est mort en 2008.

L'expérience multiculturelle en Suède est un brillant exemple de ce que les politiciens bien-pensants avec une image de soi grandiose peuvent apporter à travailler sans la moindre pensée des conséquences. Mais il n'aurait jamais été aussi loin à moins que leurs idées irresponsables n'aient été sans critique et entièrement soutenues par une foule de journalistes sans instruction, sans histoire et qui pensent à un groupe, qui vivent soit sur le soutien de la presse d'État, soit, comme c'est le cas pour les journalistes employés par le trois sociétés qui constituent la radiodiffusion d'État suédoise, sont payées directement par l'État .

Laisser un commentaire